Skin

Ean White, lui, ne donne pas à voir mais à entendre. «Je veux explorer les différences entre ce qu’on entend et ce qu’on pense entendre,» a-t-il confié. En utilisant quatre notes générées par ordinateur, il crée en modulant légèrement les sons, une note que nous transformons en étrange mélodie.

Si ça parait compliqué au premier abord, c’est en fait très semple: notre cerveau écoute une musique qu’il a créée de toutes pièces et oui n’existe tout simplement pas.

—La Nouvelle République, 7/16-17/05

Ean White does not give us anything to see but only to hear. "I want to explore the differences between what one hears and what one believes is heard." Using four notes generated by computer, he creates a slight modulation of the sounds, which we transform into a strange melody.

If this seems complicated at first, it is in fact very simple: our brain listens to a music which it created out of all the parts yet, quite simply, does not exist at all.

—translated by Ean White